Pythéas
Collège
Marseille
 

Mon Littoral idéal ...

lundi 20 juin 2011, par Fanny Grauer

LeseauAdam
5°C

L’île Maurice
Tout d’abord je découvre l’île .En premier lieu je vois la mer bleu comme le ciel ,en deuxième lieu il y a le beau soleil couchant puis le sable fin ,pour finir la plage propre avec des animaux ,des palmiers et des plantes magnifiques .
Dans un premier temps je sens le sable doux, ensuite la mer, qui était tellement chaude qu’on ne pouvait plus ressortir .Dans un deuxième temps le soleil qui éblouie mes yeux. En troisième temps les dauphins qui sautent dans tous les sens.
Cet île existe c’est pour cela qu’il faut la protéger car il y a des espèces protégées et rares.
Mais il y a aussi beaucoup de touristes. Il faut bien la protéger car les touristes peuvent marcher sur des plantes rares ou pécher des poissons rares.

Kara
Hivin
5eC

Les calanques
Lorsqu’on découvre ce lieu, on voit la végétation sur les collines, les rochers, les cailloux.
Des gens qui visitent la calanque, la mer turquoise, autour le sable et des insectes. On voit des rochers, de la végétation sur les rochers et des gens qui font de l’escalade.
Face à un tel paysage,dans un tel lieu, je ressentais le silence, le bruit des animaux et des herbes dans le vent. Ce lieu est magnifique. C’est un endroit que l’on peut visiter et il faut impérativement le protéger car il existe déjà.

Halima
Mecherour
5°C

La plage des catalans
L’orque qu’on découvre ce lieu on aperçoit la mer et le sable ,des personnes et le restaurant ,des ateliers au bord de mer avec des centres privés. On voit aussi des rochers qui décorent la mer . Parfois on y trouve des crabes ou d’autres animaux.
Plus loin on aperçoit l’eau avec les reflets du ciel , le soleil illumine la plage . Au bord de la mer il y a beaucoup de coquillages et de petits cailloux. Dans cette mer il y a tout qui puisse nous détendre .
Face a un tel paysage , je ressentais la joie en moi et pour tout cela j’éprouvais du plaisir , c’est est une plage qui est très réputée .
Beaucoup de personnes y vont pour se détendre .
Il y avait beaucoup de déchets sur cette plage comme : des sac poubelles ou des bouteilles en verre.

Carmen
Rodriguez
5°c

La plage : Corbière.
Sur le littoral il y a des gens allongés sur le sable ou en train de nager dans l’eau. Il y a aussi le soleil avec parfois des nuages . Il y à l’horizon , au large, des mètres nageurs avec leurs bouées de sauvetage .En face , des bateaux avec des personnes à bord . Puis au bord de la mer il y a des personnes et le vendeur de lunettes passe devant les baigneurs . Il y a un magasin de nourriture face à la plage. Puis en haut un parking , et aussi il a des enfants dans l’eau avec des bouées pour éviter de se noyer .
Tous mes sens étaient solicités , surtout quand je voyais tellement de gens dans l’eau, je ressentais des émotions comme entendre les oiseaux chanter , écouter les vagues de l’eau bouger .Puis je voyais, étincelant, un beau soleil qui éclairait la mer .
Ce lieu idéal existe déjà , et c’est une plage comme toutes les autres !

L’île de l’Ibertalia
Kekilli
roni
5C

Lorsqu’on découvre ce littoral , on aperçoit tout d’abord , sous les pieds , le sable blond et chaud . On remarque la mer bleu turquoise , en arrière plan ,qui brille comme des des diamants . J’entends le fracas des vagues contre les rochers , au bord , cela fait de l’écume . Il y’a , devant moi , des cocotiers et des palmiers géants que l’on peut voir de très loin .
Devants un tel paysage , je ressente de la joie car quand j’entends le chant des oiseaux très haut dans le ciel , cela me soulage . A l’horizon , on aperçoit et entend le chant des baleines bleues et leur souffle puissant qui est projeté très haut dans le ciel . La végétation est pleine . Il y a beaucoup d’insectes . Les montage sont couvertes de fleurs extraordinaires aux parfums enivrants .
Ce lieu idéal n’existe pas encore c’est pourquoi il faut tout faire pour le créer .

Taslim DJEBAILI

Mon littoral idéal : Mon île sans nom
Dés que l’on découvrirait cette île,on serait d’abord envouté par la magnifique odeur qui y régnerait,comme si l’air avait été parfumé. Lorsqu’on avancerait à quelques mètres du cap, en premier plan on verrait les arbres qui prendraient la forme de pas de danse. Ensuite, au loin, on apercevrait les immenses dunes de sable doux et soyeux, couvertes du brillant soleil au zénith.
Le calme demeurerait dans toute l’île sauf à un endroit. Là où les vagues formeraient des ourlets blancs qui danseraient sur les chants des mouettes. Les embruns seraient couleur or...
Cette île serait déserte et loin du monde, mise à part aux profondeurs de l’océan. Où les tortues feraient la fête avec les méduses, et où les plus petits poissons pourraient vivre autant d’années qu’ils le voudraient sans risque d’asphyxie. Cette magnifique île aurait la forme d’un Albatros planant dans le ciel.
Face à un tel paysage j’éprouverai toutes les joies de vivre. Alors, tous mes sens exploseraient de bonheur d’avoir connu au moins une fois cette sensation. Toutes mes émotions se bousculeraient dans ma tête telles des fourmis affamées. Moi, je ne lui donnerais pas de nom car cet endroit ne pourrait pas se résumer en un mot.
Cette île là, où aucune espèce n’est menacée d’extinction n’existe pas encore. C’est pourquoi on doit tout faire pour le créer.

 
Collège Pythéas – 15 rue des Gardians - 13014 Marseille – Responsable de publication : M. Thierry Bonicel
Dernière mise à jour : vendredi 28 février 2020 – Tous droits réservés © 2008-2020, Académie d'Aix-Marseille