Pythéas
Collège
Marseille
 

"Le papier a plus de patience que les gens" Anne Frank

mercredi 23 novembre 2011, par Rachel Garcia

Aprés avoir parcouru le Journal d’Anne Frank, les élèves de troisième C ont du à leur tour, composer leur journal intime comprenant au moins trois journées, l’une visant à se présenter, une autre révélant le climat social de la France et enfin la dernière visant à rendre compte d’une de leurs plus belles journées.
Fiers de leurs travaux, nous en avons sélectionné cinq.
Bonne lecture !

Lundi 7 novembre 2011

Cher toi,

Je suis au Collège Pythèas il se situe à cinq minutes de ma cité, je suis en 3ième environnement, depuis la 6ième, je suis une élève bavarde qui obtient des résultats plutôt moyens.
Dans la classe environnement je fais beaucoup de sorties dans la nature, pour découvrir et apprendre des choses que je ne connais pas, c’est super ! D’ailleurs mardi j’ai une sortie je te dirai ce que j’ai fait ça se déroulera en Camargue, je sens que ça va être génial !
Anastasia Poliakova

Mardi 8 novembre 2011

Cher journal,

Aujourd’hui une usine a encore fermé et a été délocalisée en Asie. J’ai peur que papa perde son travail à son tour. Tous les soirs nous prions pour qu’il garde son emploi. En ces temps de crise tout le monde court après l’argent. Et oui, en ce moment c’est la CRIIIISE ! La Grèce a fait faillite et d’autres pays s’apprêtent à vivre la même situation. On ne vit plus comme avant.
H. B

Mercredi 9 Novembre 2011

Très cher journal,

A l’instant où je t’écris, je savoure une grosse pomme toute rouge. Toute rouge à l’extérieur et légèrement sucrée à l’intérieur. C’est ce qui la met dans toute sa splendeur. Si seulement, l’homme pouvait toujours partager ce moment de délicatesse avec cette pomme, qui provient sûrement d’un aussi joli pommier. Je plains ses cousins, qui ont sûrement dû être abattus pour servir de papier. D’ailleurs, j’écris sur du papier 100% recyclé que mon professeur de français, madame Garcia, la documentaliste, madame Pascual, et d’autres professeurs, m’ont offert, l’année dernière, lorsque j’ai gagné au concours quizz/ lecture contre d’autres classes environnements.
C’est important ce papier...En effet, le sais-tu ? De nos jours, la Terre est défigurée, polluée par l’Homme. Notre planète doit se révolter et se faire entendre. Nous lui en avons fait voir de toutes les couleurs et nous continuons. Extinction d’animaux, réchauffement climatique, pollution des villes, déforestation... et, j’en passe encore... Pourquoi doit-elle subir cette torture en continu ? Si, seulement, cette espèce majoritaire ouvrait les yeux et si tous ensemble nous établissions des projets afin d’empêcher une crise biologique et de réparer nos erreurs, de cicatriser ses plaies...

Pourra-t-elle, un jour nous pardonner ? Je ne sais pas, je ne sais plus... Lorsque je t’écris, en pensant à la nature, je me sens libre comme un cow-boy galopant à cheval, tout en apercevant les vallées, respirant l’air pur où s’écoule des sources d’eau... et en même temps j’ai peur que tout cela disparaisse...

On en parle, on en parle mais finalement, qu’est-ce que l’environnement ?
Scientifiquement parlant, l’« environnement » est tout ce qui nous entoure. Pour moi, c’est bien plus que ça...
Le problème c’est que nous tous, en tant que citoyens de la Terre, nous entreprenons le travail de pouvoir prendre le dessus. Tous, naïfs, comme nous le sommes, nous avons toujours voulu commander quelqu’un. Les hommes au pouvoir, l’esclavage etc...aujourd’hui, ce « quelqu’un », c’est la planète Terre. Lorsqu’au quotidien, nous nous acharnons à rouler, marcher ou courir sur elle, elle ne dit rien, mais, ressent ces mouvements qui retentissent jusque dans son cœur...
Peut-être, n’as-tu pas compris, ce que je t’ai dit ? En gros, je veux te faire comprendre qu’on ne fait que l’écraser tous les jours ( à l’aide de nos pieds ou bien des roues ) jusque dans ses lieux les plus sauvages... et on ne s’arrête pas là. Elle ne se révolte pas assez, et se laisse faire continuellement...sauf quelques fois...et alors, tout se solde par un tsunami, un ouragan, un cyclone...
L’homme est responsable.

Et pourtant...quand je pense à tous ces hommes qui ont combattu, sans relâche pour servir leurs pays avec bravoure. Et, à l’arrière plan ( femmes, enfants, médecins...) qui n’ont pas hésité à s’occuper des civils... Je considère toutes ces personnes comme des héros. Des héros, par rapport au courage qu’ils ont eu et rien d’autre... Quand, je pense à l’instant-même où je t’écris sous ma couette, au chaud, alors que ces combattants trouvaient refuge dans la boue et le papier, ou leurs souvenirs enfouis. Pour moi, cette Première Guerre mondiale a été meurtrière, dévastatrice et ces soldats, l’homme, ont su faire preuve de férocité mais aussi et heureusement, de douceur, au travers de leurs écrits et des actes perpétrés... Alors, même en temps de Guerre, l’espoir peut venir à tout bout de champ.
L’homme cache donc à la fois, un bon et un mauvais côté.

Dans l’après-midi, j’ai pensé à une absurdité, peut-être. Admettons que l’homme ait rencontré des extra-terrestres lors de son excursion sur Mars. Je suis sûre que l’homme, une fois sur place, s’affirmerait comme « génie » de la technologie, maître suprême de l’univers. La confusion ne régnerait donc plus que sur Terre mais sur le reste de l’univers !!!! Là, on s’attendrait à la fin du monde, ou plutôt du système solaire.

L’avenir nous répondra...

Amri Rihem

Samedi 12 novembre 2011

Cher journal,

Dans ma culture, les femmes sont vues comme inférieures aux hommes, elles n’ont pas beaucoup de liberté, doivent faire le ménage, s’occuper des enfants et faire à manger.

Dans mon quartier, les filles sont très masculines, du coup, quand elles portent des jupes, elles sont traitées de filles de joie, mais si elles sont trop masculines, elles sont appelées « kayra »...

Dans certains endroits les femmes ne sont vues que comme des objets, des objets ou des jouets sexuels comme dans certains clips où elles ne sont là que pour remuer leur joli postérieur devant la caméra.
Ailleurs, les femmes intelligentes sont traitées d’« intellos », de « binoclardes » et sont délaissées par les hommes.
Dans quelques grandes entreprises, certaines femmes se donnent à fond et finissent « vieilles filles » (seules, sans mari ni enfants).

Et puis, il y en a quelques unes qui savent gérer tout cela : leur culture, leur féminité, leur vie amoureuse et privée, leur travail, leurs limites...
Ces femmes ne sont ni vues comme des graçons manqués, ni comme des filles de joie, ni tels des objets, ni comme des « kayras », ni pareilles à des « intellos », ni comme des personnes inférieures mais comme des modèles.

C’est ce que je veux devenir.

S.B

Dimanche 13 novembre 2011

Cher journal,

Auhourd’hui j’ai vécu une journée qui sort de l’ordinaire, je suis allé visiter Chambord, le plus grand chateau de France. C’est vrai qu’il est immense !
Il y avait plein de tableaux sur François Ier à l’intérieur. On y voit tous les appartements des rois et figure-toi que les lits des rois étaient tout petits !
Des armes, armures et des animaux morts bien sûr, y sont aussi exposés.
Mais le plus beau c’est l’escalier. Ce chateau est célèbre pour son immense escalier en forme de cercle. il m’a mené sur la terrasse, c’était magnifique, la vue était incroyable !

Bien à toi

Manille Nait-Saidi

 
Collège Pythéas – 15 rue des Gardians - 13014 Marseille – Responsable de publication : M. Thierry Bonicel
Dernière mise à jour : vendredi 2 octobre 2020 – Tous droits réservés © 2008-2020, Académie d'Aix-Marseille