Pythéas
Collège
Marseille
 

3eB, L’Affiche rouge

dimanche 29 avril 2012, par Celine Hubert

L’Affiche rouge est une affiche de propagande placardée sur les murs de Paris en 1944. Elle fait référence à la condamnation à mort des membres du groupe Manouchian, arrêtés quelques semaines plus tôt.

L’Affiche rouge a été étudiée par les élèves de 3eB, dans le cadre du cours d’Histoire sur la Seconde Guerre Mondiale et en Lettres Modernes, dans la séquence sur la poésie engagée.

FICHE SYNTHESE (partie Histoire) pour l’analyse de l’Affiche Rouge

A) Le contexte historique :

Mai 1943 : Jean Moulin est envoyé en France pour unifier les réseaux de résistance. Création du CNR. Mais il est arrêté en juin 1943 et il meurt des suites de ses blessures le 8 juillet 1943.
Pour autant, la Résistance ne s’arrête pas !
1941 : invasion de l’URSS par Hitler. Les communistes entrent dans la Résistance.
1943 : instauration du STO encourage les jeunes à résister. La Résistance prend un nouveau tournant. Les Alliés ont débarqué en Italie.
Février 1944 : les Alliés, aidés par la Résistance, gagnent de plus en plus de terrain et préparent les débarquements en France. Les actions des résistants s’intensifient et ils sont obligés de prendre plus de risques.

B) Lire l’affiche :
L’affiche a été placardée en février 1944, à Paris. Accompagnée d’un tract, elle annonce l’exécution de 10 hommes du groupe Manouchian arrêtés par la police française.
L’affiche se compose de deux séries de photographies, l’une sur les hommes, l’autre sur leurs « actions ».

Les informations fournis sur les hommes du groupe Manouchian :
Juifs, polonais, espagnols, .... rouge, ..... chef de bande, ..... attentats.

Aspects de leurs identités sur lesquels l’affiche insiste :
Religion, nationalité, opinion politique...

Actions menées par ces hommes, d’après l’affiche :
Assassinat, déraillement, sabotage... Détails chiffrés.

C)Comprendre le message de l’affiche :
Cette affiche s’adresse à tout le monde, aux passants, puisqu’elle est placardée sur les murs de Paris.
Les 10 hommes sont représentés sur des photos circulaires : cela fait penser à des cibles ou des impacts de balles. Les visages sont disposés en triangle, dont le sommet est occupé par le portrait de Manouchian, pour former la flèche orientée vers le bas de l’affiche.
- Présence de texte : légende correspondant à chaque portrait, mais absence de prénom (=rejet de l’aspect affectif).
Les auteurs de l’affiche s’appuient sur la xénophobie (précision de leurs nationalités), sur l’antisémitisme (7 sur 10 sont juifs) et sur l’anticommunisme pour faire le lien entre « étranger » et « dangerosité ». Nombre d’attentats commis précisé.
Pour les auteurs, il s’agit d’insister sur le fait que ces « libérateurs » sont en fait des terroristes dangereux, une bande de criminels, dépourvus de toute humanité, qui n’ont aucun point commun avec les Français qui collaborent.

C’est une affiche de propagande.
Objectifs :
présenter les Résistants aux yeux des passants comme une bande de criminels étrangers. Ce ne sont pas des libérateurs, ils oeuvrent pour le désordre et le mort, face à l’ordre établi par l’armée allemande, aidé par la police française.

Dissuader ceux qui en auraient envie d’entrer dans la Résistance.

D)Retour sur l’affiche
Les 10 hommes de l’affiche « forment le noyau d’intervention, parmi un groupe de 68 francs-tireurs et partisans de la MOI ».

MOI : Main d’oeuvre immigrée. Crée en 1926 par le PCF. A la base, organisation destinée à regrouper tous les communistes étrangers vivant et militant en France.

1941 : le PCF charque la MOI de former un groupe armé. Ce groupe s’intègre aux FTP, les francs-tireurs et partisans : organisation armée de résistance à l’occupation allemande de la France, sous l’influence du PCF.

Manouchian est à la tête de ce groupe recruté dans la MOI, qui s’intègre au FTP. Il compte dans ses rangs de nombreux juifs originaires d’Europe de l’Est, mais aussi des Italiens anti-fascistes et des Républicains espagnols.
Ce ne sont pas des « criminels » ; le groupe Manouchian est une organisation structurée, composée d’hommes et de femmes qui se sont engagés pour la France et qui ont subi la torture sans parler. Ils sont morts fusillés, en martyrs de la résistance (notamment communiste) au Mont Valérien.

 
Collège Pythéas – 15 rue des Gardians - 13014 Marseille – Responsable de publication : M. Thierry Bonicel
Dernière mise à jour : vendredi 2 octobre 2020 – Tous droits réservés © 2008-2020, Académie d'Aix-Marseille